Répertoire

Le répertoire actuel des compagnies du collectif programmé dans Par les villages.

Cie Amarande

A table ! Embarquement immédiat !
avec Sylvie Vieville, conteuse, et Kayro, musicien
deux formules : Enfants à partir de 6 ans ou adultes
Contes en escalier aux destinations gourmandes et intrépides.Escapade d’imaginaire sur canapé d’oralité.Bouquet de conterie, parfum de fantaisie, histoires de palais pour un spectacle vitaminé, croustillant et soyeux. Amuse-bouches, gloutonneries, murmures de festin.A vous de choisir le menu !Sylvie Vieville, aventurière de la parole, et Kayro, musicien, tous deux colporteurs de saveurs sont fin prêts, avec dans leur besace, répertoire de contes fondants, histoires de goulus et quelques chansons et pensées culinaires.

Carne ! Jean de l’ours
avec Sylvie Vieville
C’est une histoire qui plonge ses racines dans des mythes très anciens, mais il y a peu, les bergers de la Crau se la transmettaient encore. Jean, ni tout à fait humain ni tout à fait animal, fils d’une femme et d’un ours, traverse des épreuves d’une dureté exceptionnelle. Il a hérité de son père l’ours la force brute et la toison. Sa mère lui a appris la langue des humains. Sur sa route vers un ailleurs, il s’entoure de compagnons aussi superbement inadaptés que lui, qui l’abandonneront sans hésiter aux mains des pires puissances maléfiques. jusqu’aux lieux où plus rien ne le défend, pas même son arme prodigieuse…

Cies Atelier de la Pierre Blanche et Amarande

C’est si bon
mise en scène Jeannie Lefebvre avec Michèle Rochin, Michèle Sebastia et Sylvie Vieville
Lecture-spectacle, en trois temps, trois mouvements.
Lecture gustative, déambulatoire, entre le fromage et la poire mais néanmoins jubilatoire. A travers les saveurs culinaires méditerranéennes et d’ailleurs, un régal d’évocations littéraires, poétiques, anecdotiques, participatives et en chansons. En compagnie de René Escudié, Dario Fo, Rabelais, Barbery, Prévert et bien d’autres.

Cie L’Auguste Théâtre

La folle rencontre de Flora et Max
de Coline Pierré et Martine Page
lecture à partir de 10 ans
mise en scène Claire Massabo, avec Lucas Challande et Valentine Basse

Parce qu’elle était harcelée par une autre fille, Flora a fini par réagir violemment contre sa tortionnaire et a été condamnée à une peine de prison.
Parce que le monde extérieur l’agresse, Max ne parvient plus à sortir de sa maison sans avoir des crises d’angoisse insoutenables.
Suite à la lecture d’un article dans le journal, Max écrit à Flora. D’abord étonnée, Flora va finalement se laisser prendre au jeu de la correspondance. Ils vont s’écrire, collecter chaque jour des choses lumineuses et réconfortantes à se dire, apprivoiser leur enfermement et peu à peu, avec humour et fantaisie, se soutenir mutuellement et se construire une place dans le monde.
Ecorchés vif tous les deux, mais pas pour les mêmes raisons, ils se complètent. Et une forte amitié se tisse entre eux au gré de leurs lettres.
Flora et Max ne sont pas des adolescents lambda : l’une lit Sylvia Plath et confectionne des poupées de laine, l’autre sauve les pics épeiche et n’hésite pas à montrer ses faiblesses. 

Histoires rebelles 
théâtre familial à partir de 8 ans
conception, mise en scène Claire Massabo, écriture Johana Giacardi et Claire Massabo, avec Johana Giacardi et Anne-Sophie Derouet 
De manière subjective, elles ont choisi d’évoquer la vie des personnes qui les ont impressionnées par leur combat, émues par leur ténacité, amusées par leur fantaisie, attendries par leur banalité :
Nina Simone qui, à 12 ans, refuse de jouer du piano tant que sa maman n’est pas assise au premier rang,
Galilée, qui au risque de sa vie affirme que la terre tourne autour du soleil,
Spartacus qui refuse sa condition d’esclave-gladiateur lève une armée et crée une société idéale,
Mary Anderson qui invente les essuies glace et…tant d’autres.
Des récits tout aussi singuliers qu’universels, du passé proche ou lointain, qui font écho au présent, et posent la question de l’engagement et de la place de chacun, sans donner leçon ou mode d’emploi. 

Groupe Bernard Menaut

On a dansé sur la Terre !
danse Isabelle Cavoit, Bernard Menaut, musique Thierry Daudé, Daniel Malavergne
Fantaisie en quatuor, danse et musique sur la ronde des saisons et le bonheur par tous les temps !
C’est un spectacle qui joue à être une ronde. Celle de la Terre qui tourne en 365 jours autour du soleil, des saisons, du temps qu’il fait, du jour ensoleillé qui ouvre un couloir à la pluie, et la pluie ouvre les volets à la neige, et la neige s’alanguit. Elle rêve des nuits étoilées, des bourgeons, des nouvelles pousses de l’année. Et son rêve les fait arriver.

Aventures extra-chorégraphiques
Vêtus de leur costume de cadre dynamique à l’heure et à l’endroit où l’on ne s’y attend pas, les danseurs et les musiciens s’inspirant des lieux et des situations de la vie quotidienne, viennent perturber délicieusement les habitudes et les bonnes conduites. En impromptu ou annoncé, en solo, duo, trio, quatuor, quintet ou sextuor, ces « aventuriers extra-chorégraphiques » arpentent les villes et croisent les trajets de ses habitants, ou bien ceux des spectateurs.

Bretzel.le.s compagny

Olympe de Gouges
de l’intérêt d’ouvrir sa gueule… ou pas !

Laure Dessertine, Catherine Swartenbroekx, Muriel Tschaen
Une conférence-spectacle qui traite de la vie et de l’œuvre d’Olympe de Gouges. Auteure de théâtre et d’écrits politiques, elle écrit en 1791 « La déclaration des droits de la femme » et se bat pour des causes comme la création d’établissements pour personnes âgées, un impôt sur le luxe, l’abolition de l’esclavage. C’est une indignée qui se bat pour une société plus juste… elle ne se tait pas.

Cie Débrid’arts

Deux mots suivi de Le rêve de l’homme blanc (lecture)
nouvelles d’Isabel Allende et d’Ariane Buisset
mise en lecture et interprétation Judith Arsenault, accompagnée à la viole de gambe par Mireille Collignon

Pour échapper à la misère, Belisa Crepusculario décide de fuir vers la ville. A son arrivée, elle découvre les mots, apprend à lire et à écrire et décide de devenir marchande de mots. Elle parcourt le pays pour vendre ses mots sur les marchés. Ayant eu vent de son exceptionnel talent, le sbire du Colonel vient enlever Belisa. Ce dernier voudrait que le peuple l’élise Président, et pour cela il faut qu’elle lui écrive un discours.
Deux «peaux rouges» des plaines sont tués par un chercheur d’or. Leurs esprits restent en vie et assistent aux conquêtes de ‘l’homme blanc’ pour bâtir un monde de plus en plus éloigné de la nature. Jusqu’où peut aller cette obsession de maîtrise et de technologie ?

Coeur augmenté
texte Judith Arsenault, mise en scène Cécile Etcheto, avec Judith Arsenault et Corine Milian
Justine Dupré prend la parole et à travers des récits qui révèlent essentiellement ses blessures d’amour, se met à nu dans cette quête d’un chemin de vie et de nouvelles approches de la relation amoureuse.
Les sept rencontres qu’elle va livrer au public dévoilent sa soif d’amour, son obstination, son inadaptation, sa candeur, sa fragilité, ses espoirs ses désespoirs, sa dépendance, sa volonté de pouvoir, sa prétention, ses rages, mais surtout sa drôlerie et sa poésie dans cette perpétuelle quête qui se cogne à l’autre.Le temps tisse un chemin d’exploration et Justine traverse différentes strates des soubresauts du cœur, somme toute de la vie…

Cie Fluid corporation

Lœil du loup
Lecture-spectacle à partir de 8 ans d’après Daniel Pennac
lecture et jeu Pascale Karamazov musique Sébastien Raimondo

Un vieux loup borgne enfermé dans un zoo voit tous les jours le même garçon noir devant sa cage, qui le regarde aller et venir. Un jour, l’animal s’arrête et fixe lui aussi le garçon dans les yeux. Alors, chacun de ces exilés va pouvoir voir dans la pupille de l’autre l’histoire de sa vie. Deux mondes séparés par des milliers de kilomètres : l’Alaska et l’Afrique.

Cie Fragments

Ida (lecture)
d’Hélène Bessette, adaptation et interprétation Micheline Welter
Ida, l’héroïne de ce roman, est déjà morte, dès la première ligne. Elle ne vit qu’à travers les paroles de ses employeurs, de ceux qui croisaient son chemin humble et furtif. Silhouette discrète et tassée par l’âge, Ida était au service de la famille Besson. Bonne à tout faire. Sa vie se réduisait à son travail.
Ida a été renversée par un camion. Pourquoi a-t-elle passé sa vie à fixer ses grands pieds plutôt que prêter attention au monde qui l’entourait ? Cette mort brutale entraîne des commentaires. Qui est vraiment Ida ? Comment a-t-elle osé mourir ? Les phrases s’entrecroisent de façon limpide et assourdissante, construisant un récit amer. Un univers d’égoïsme, de conventions, de cruauté et d’indifférence dont Ida a été la victime silencieuse et triomphante.

Groupe Maritime de Théâtre

Les pieds dans l’eau 
théâtre de papier et d’objets à partir de 3 ans
conception et interprétation Josette Lanlois

Une histoire qui commence dans un village perché sur une falaise pour finir dans une embarcation de bric et de broc en route vers l’inconnu. Entre-temps, nous assistons aux querelles de voisinage sans fin de deux habitants du village. Les saisons passent et pendant qu’ils se chamaillent… ils ne s’en aperçoivent pas… mais l’eau monte ! Les maisons sont en carton, les escaliers sont en papier, et à la fin les voisins sont raccommodés. 

L’Odyssée
théâtre sonore et de bois flotté à partir de 10 ans
texte de Marion Aubert, mise en scène Gilles Le Moher
Notre Odyssée est une aventure maritime et une aventure sonore. Transporté par les sons et les voix, le spectateur/auditeur se retrouve alors en immersion sonore dans ce mythe maritime.
Sur la scène, une barque est posée comme échouée… devant elle, une petite table épave recouverte de sable. Un acteur / manipulateur dépose des figurines de bois flotté sur le sable et introduit chaque paysage construisant ainsi une nouvelle image. Mais ici, le rôle de l’image est de soutenir le son. Le spectacle est à écouter et à imaginer.
C’est un théâtre d’objet… sonore.
Cette Odyssée, c’est celle de Télémaque. La quête d’un pré-adolescent, plus tout à fait enfant, pas tout à fait adulte, et ses tentatives pour comprendre et réparer l’histoire familiale. 

Cie In pulverem reverteris

Le poids du papillon (lecture spectacle)
de Erri de Luca mise en scène Danielle Bré, avec Agnès Pétreau, Gilles Le Moher, Maxime Reverchon 
C’est une histoire de montagne, de relation entre un braconnier et un chamois, une histoire toute simple qui fait appel à nos racines, à la nostalgie d’un mode de vie rural traditionnel, encore vivant dans nos arrière-pays mais qui l’amène aussi ailleurs, comme parfois le spectacle de la nature nous donne soudain à penser. Erri de Luca, grand auteur italien et montagnard, nous y livre sa vision de l’homme et de la nature.

Cie Marie hélène Desmaris

Danse à Livre Ouvert
à partir de 3 ans
cie chorégraphie, lecture et danse Marie-Hélène Desmaris, danseurs interprètes Alice Galodé, Yoann Fayolle

De livres sortis d’un coffre, la chorégraphe raconte des histoires ; la danseuse et le danseur s’emparent des mots, et inventent la danse. Textes, danse et musique créent des séquences ludiques, poétiques, colorées et joyeuses qui emportent les spectateurs dans un voyage imaginaire et sensible.

cie Ma voisine s’appelle Cassandre

Jai inventé un stratagème pour rester dans cette histoire
d’après Miljenko Jergovic et Leonardo Padura, mise en scène Nanouk Broche, avec Sofy Jordan, Sylvain Eymard, Nanouk Broche
Trois acteurs racontent des histoires où des gens, soumis aux violences de l’Histoire ou de la vie, inventent des stratagèmes pour sauver leur vie ou se faire une belle mort. Les inventions sont parfois minuscules, toujours anonymes. Le stratagème : quelque chose entre la survie, la ruse, l’amour de la vie et l’imagination.

Debout-payé
de Gauz, mise en lecture Nanouk Broche, avec Sofy Jordan et Léa Jean-Théodore
Debout-payé entrecroise les destins de deux Ivoiriens sans-papiers arrivés à Paris au début des années 1990, et raconte avec humour leur travail de vigile. Gauz peint un tableau de clients et de vigiles dans une société de consommation effrénée. Satire sociale et description sociologique sont affinées par son esprit tendre, loufoque et clairvoyant. «Dans le milieu des Ivoiriens en France, le métier de vigile a généré une terminologie spécifique. Debout-payé : désigne l’ensemble des métiers où il faut rester debout pour gagner sa pitance.»

cie Senna’ga

11 à table
théâtre familial à partir de 8 ans de et avec Agnès Pétreau
A l’occasion de son élection au Conseil Municipal de son village, Chloé replonge dans son enfance. En 1997, elle a 5 ans, une sœur aînée Jasmine, un frère Martin. Ses parents décident de devenir famille d’accueil. Chloé nous invite à partager des moments de vie de cette « tribu » composée de 11 personnages. Tous sont confrontés à des situations qui les mettent à l’épreuve et les interrogent sur le monde dans lequel ils vivent. Des échanges d’opinions, des portes qui claquent, des éclats de rire, des renoncements individuels et des décisions collectives font partie de leur vie quotidienne.


L’étranger (lecture)
à partir du roman d’Albert Camus, avec Agnès Pétreau et Sabine Tamisier
Camus décrit dans ce roman une société coloniale qui s’efforce de ne pas voir les Algériens. À travers Meursault, c’est elle, toute entière, qui est éblouie par le soleil et en devient aveugle, au point de rendre les Algériens invisibles dans leur propre pays. L’étranger fait partie de ses romans dont l’intérêt repose entièrement sur son héros et narrateur. Une voix. Une psychologie, des comportements, des réactions, une perception singulière aux autres, à la société qui l’entoure. L’étranger c’est le portrait d’un homme qui se dessine en creux, par déduction, par interprétation de ses pensées, de ses actes.

Le petit Guili
Théâtre d’objets à partir de 4 ans, à partir de l’album de Mario Ramos, de et avec Agnès Pétreau
Dans ce conte, Léon, le roi des animaux, abuse de son pouvoir et change les lois selon son humeur.
Petit, Léon, le lion, avait fait de grandes promesses.Cependant, après son couronnement, il changea et devint de plus en plus cruel.Un jour, il inventa une loi qui interdisait aux oiseaux de voler.Les animaux commencèrent à avoir peur, puis à se révolter.Aux confins du pays vivait un oisillon, le petit Guili. Tiffany, sa mère, l’éduquait en lui donnant tout l’amour du monde. Elle oublia de lui couper les ailes.Un beau jour, le cortège royal vint à passer dans la région où vivait Guili.Libre de penser et d’agir, Guili s’empara de la couronne et la déposa successivement sur la tête de tous les animaux. Mais chacun imposa ses règles « stupides ». Désabusé, Guili jeta la couronne dans l’océan oubliant que ses profondeurs étaient aussi habitées…

cie Trafic d’arts II

Ô vous… Albert Cohen (Lecture accompagnée de chants séfarades)
textes d’Albert Cohen issus de Ô vous frères humains, Le livre de ma mère et Carnets 1978 
lecteurs Henriette Pertus, Julien Gourdin / chanteuse Saïda Bouachraoui / piano, luth et percussions Amine Soufari 
L’amour, voilà le maître mot chez Albert Cohen qui pourtant restera à jamais le petit juif de Marseille qui ne comprend pas la persécution. Musique et voix s’interpellent et dialoguent, se heurtent, laissent résonner l’incroyable humour de Cohen et s’harmonisent enfin pour déclamer « Ô, amour du prochain ! ».

cie la Variante

Des nuages dans mes mains
animation-lecture à partir de 18 mois avec Valérie Hernandez
A partir d’albums et de deux grands livres-paravents, la comédienne construit face aux enfants un lien entre lecture et imaginaire. Elle tire le fil des mots et des images pour laisser aller les pensées, invitant les tout-petits à en faire autant.

Cie amateur Les Electrons Flous

Les quatre saisons de Lili
écriture Catherine Suty, mise en scène Catherine Suty avec le soutien du collectif
Faisant référence à ces séries américaines en technicolor aimées ou détestées mais qui sont devenues un patrimoine populaire commun, l’action met en scène Lili, à l’annonce de sa maladie.
Rien n’est facile dans l’Amérique de Trump : le système de santé prend l’eau, la ville de Détroit se fissure de toutes parts, la crise économique paupérise la population ; mais cette mère de famille décide de profiter du temps qui lui reste et de prendre sa vie en main tout en cachant sa maladie à ses proches.
Lili rêve d’une piscine d’un bleu ondoyant comme dans une peinture de Hockney et un vent de folie souffle dans la nouvelle vie de cette housewife en perdition, entourée d’un mari immature, d’une soeur marginale, d’une voisine revêche, d’un médecin vieillissant et confrontée à des situations jubilatoires où l’humour est bien au rendez-vous.

cie amateur On verra ça demain

Tropique de la violence (lecture)
de Natacha Appanah avec Claudine Bernard et Annie Savignat 
Une plongée dans l’enfer d’une jeunesse livrée à elle-même sur l’île française de Mayotte dans l’archipel des Comores. Dans ce pays magnifique, sauvage et au bord du chaos, cinq destins vont se croiser et nous révéler la violence de leur quotidien.
Cette lecture sera suivie samedi 28 septembre à 11h d’une rencontre avec l’auteure organisée par «Libraires du Sud».

cie amateur Lez’ensoleillés

Le bonheur du vent
texte de Catherine Anne, mise en scène collective
Inspiré de la vie et des lettres de Calamity Jane à sa fille, ‘LE BONHEUR DU VENT’ parle des liens familiaux dans une société dominée par les hommes et la religion. L’histoire se déroule dans une société masculine dominée par la force et la religion. Elle est construite autour d’un fait : le passage d’un enfant de sa famille biologique vers un autre foyer. S’agit-il d’un don, d’un abandon, d’une adoption, d’un vol ? La pièce donne à voir, à entendre, à deviner tout ce qui se déchaîne dans les corps et dans les têtes de ceux qui sont liés par ce fait.